Compte-rendu AG du 10/05

nous étions donc plus d’une trentaine en AG hier, le Collectif ayant retrouvé ses effectifs d’avant Covid avec un renouvellement certain puisque cela fait plusieurs AG que la présence des sans-papiers est de plus en plus marquée (entre 40 et 50% de l’AG), le poids numérique engendrant une participation plus importante en AG et en actions, y compris dans les décisions ou prises de positions. D’ailleurs, l’action logement que nous devions mener ce soir pour une militante du Collectif s’annonçait comme aux trois-quarts composée de sans-papiers et de sans-papières en particulier grâce au groupe femmes.

Nous avons longuement discuté « actions logement » mais au préalable quelques infos :

1) l’expo du mardi soir a eu lieu hier et aura lieu mardi prochain donc ça aussi ça va mieux ;

2) des permanences fiscales auront lieu au MRAP cette aprem et demain de 13 h 30 à 17 h 30 (aide à la déclaration d’impôts notamment) ;

3) le 31 mai, l’AG se tiendra dans la cour de la MIR car pas de salles dispos ;

4) nous avons longuement rediscuté de l’action « ouverture de compte bancaire quand je suis sans-papiers » et on a toujours des doutes sur la question de la pièce d’identité ; un camarade du collectif a annoncé qu’il n’arrivait pas à ouvrir un compte malgré la possession d’un passeport, ça va donc rechier sur ce point ;

5) le Collectif participera à une émission de radio vendredi à la MIR dans le cadre du succès de l’ICE = G s’y colle ;

6) 3 membres du Collectif ont été invité-e-s par un collège à parler sans-papiers vendredi dernier devant 80 collégien-ne-s de 4è qui ont manifesté beaucoup de silence respectueux lorsque C a raconté son parcours migratoire et celui de sa famille ; C d’ailleurs a développé une grande aisance dans la prise de parole publique, ce qui veut dire que le Collectif sert aussi à ça, qu’il en soit remercié par le tout puissant !

7) une femme et son fils ont annoncé risquer de se retrouver à la rue aujourd’hui = longue discussion pour organiser une action coup de poing qui devait avoir lieu cette aprem mais solution 115 trouvée donc pas d’action ;

8) comme nous recevons de plus en plus d’infos et de sollicitations concernant des gens à la rue, et notamment des familles avec enfants, nous décidons de lancer la discussion sur une éventuelle campagne d’occupations plus ou moins amies dans les semaines à venir.

Nous prenons acte du fait que l’inter-orgas et Utopia 56 semblent avoir changé de tactique dans leur lutte pour le logement. Comme nous avons peu d’infos, nous décidons que deux membres du Collectif iront à la prochaine réunion de l’IO, y compris pour annoncer ce que nous envisageons de faire (R et C s’y collent).

L’AG était divisée en trois morceaux (sachant qu’un-e même individu-e pouvait être à cheval sur 2 morceaux). Le premier s’est tu et a laissé penser que la perspective de reprendre une campagne d’occupations ne l’enthousiasmait pas. Le deuxième morceau a plutôt manifesté une grosse réticence avec différents arguments : si l’inter-orgas n’est pas arrivée à résoudre le problème, pourquoi nous on y arriverait ? (argument consensuel) ; ras-le-bol ou malaise que nos actions conduisent à déstabiliser les listes d’attente des administrations gestionnaires de l’hébergement (pas consensuel) ; malaise à l’idée qu’une campagne d’occupations se traduira par quelques semaines d’actions puis « abandon » des gens à la rue si on n’obtient pas le nombre d’hébergements suffisant (pas consensuel avec l’opposition que, si on laisse les gens à la rue sans rien faire, c’est pire) ; il vaudrait mieux soutenir l’IO (consensuel mais on le fait déjà et l’IO est actuellement dépassée, sans compter la fatigue après un an de lutte continue en termes de campements à gérer) ; il faut faire des actions contre la mairie (consensuel mais l’IO le fait déjà) ; il faut réquisitionner un immeuble en mode « extrémadure » (pas consensuel d’autant que les réquisitions marchent mieux si elles arrivent après une campagne d’actions) ; on ne croit plus aux actions-logement, seul l’hébergement solidaire marche (pas consensuel du tout).

Le troisième morceau de l’AG est plutôt partant pour relancer une campagne d’occupations plus ou moins amies, plutôt en centre ville, avec l’argument phare que les élections législatives des 12 et 19 juins vont constituer un contexte favorable (conflits en perspective entre macronistes et « mélenchonistes »). La proposition serait la suivante :

On déclencherait une campagne d’occupations 24 h sur 24 à partir du mardi 7 juin avec les personnes à la rue que nous connaissons via la permanence juridique ou qu’on nous enverra (pas de démarchage de notre part). On ne donnerait pas de limite temporelle a priori à cette campagne mais, étant donné que le Collectif n’est pas un collectif-logement mais papiers, elle ne serait pas éternelle et connaîtrait le déroulement qu’elle connaîtrait (pas de stratégie en la matière, se laisser porter par les surprises, positives ou négatives, de la mobilisation). Il s’agirait d’une lutte pour l’hébergement donc les occupations hébergeraient précairement les gens (matelas au minimum) mais il ne s’agirait pas de les nourrir ou de s’occuper de tous leurs problèmes. Les occupations tourneraient (technique de tenir nos engagements de durée pour s’assurer des relations « amicales » avec les lieux occupés) et serviraient de base arrière pour les AG quotidiennes et l’organisation d’actions plus offensives en direction de l’état notamment (car état caca en matière d’hébergement d’urgence non ukrainien). Le Collectif gérerait ces occupations, notamment en termes de règles de vie (horaires notamment).

En clair, ces occupations, si possible médiatisées (travail à prévoir sur ce point), viseraient explicitement à gêner partiellement le fonctionnement de différents lieux choisis de manière à ce qu’ils nous aident à faire pression pour trouver des solutions d’hébergement, étant entendu que la crise est actuellement structurelle malgré toutes les victoires remportées par l’IO.

L’idée de mélanger campagne d’occupations et contexte électoral a plutôt convaincu une grande part de l’AG de remettre le pied dans le merdier MAIS une condition a été posée : comme nos forces sont faibles côté « soutiens » pour gérer les nuits d’occupations, nous allons lancer un appel public à remplir à l’avance un planning de relais pour les nuits d’occupations. Pour cela, nous allons utiliser tous nos réseaux, pas seulement militants.

Et si début juin, ce planning ne se remplit pas, alors nous laisserons tomber l’idée de nous relancer et la crise structurelle aura encore gagné.

ATTENTION = c’est la prochaine AG qui décidera si on se lance ou pas dans cet appel à soutiens. C et X sont chargé-e-s de préparer un texte d’appel à soutien large pour les nuits et, plus largement, pour participer à cette campagne d’occupations.

Tous ces éléments seront transmis à l’IO et à Utopia 56 pour info.

Ciao

Lien Permanent pour cet article : https://sp35.org/2022/05/compte-rendu-ag-du-10-05/